OKAPI360

Soudan: Le president Omar el-Bechir dans la ligne de mire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Soudan: Le president Omar el-Bechir dans la ligne de mire

Message par Silver le Sam 12 Juil - 3:04

(RFI) Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) doit présenter, lundi à la Haye, une nouvelle affaire sur les crimes commis au Darfour. Dans son dossier, Luis Moreno Ocampo devrait mettre en cause de très hauts responsables du gouvernement soudanais, parmi lesquels le chef de l’Etat Omar el-Béchir qui serait ainsi accusé de « crimes de guerre », de « crimes contre l'humanité » et de tentative de « génocide ». Ces crimes ont été commis dans le Darfour depuis les cinq dernières années. Omar el-Béchir deviendrait, ainsi, le troisième président frappé par la justice internationale, après le libérien Charles Taylor, inculpé en 2003, et le yougoslave Slobodan Milosevic, inculpé en 1999. Pour le moment, la CPI ne confirme pas l'information concernant le mandat d’arrêt qui pourrait être demandé contre le chef d’Etat soudanais. Elle ne l'infirme pas non plus.
En tout cas, on sait déjà que le procureur Ocampo visera de hauts responsables du gouvernement de Khartoum. Il s’agit d’un groupe de responsables plus haut placés qu'Ahmed Haroun, le dernier politique visé par une procédure de la Cour. Il a dirigé les milices janjawid, et assume aujourd'hui les fonctions de secrétaire d'Etat aux Affaires humanitaires. Le mois dernier, devant les Nations unies, Luis Moreno Ocampo, qui réclame depuis 2007 l’arrestation d’Ahmed Haroun, avait affirmé que le Soudan menait un plan criminel impliquant tout l'appareil d'Etat. Le magistrat avait parlé de « nettoyage ethnique » et il avait aussi décrit les attaques de l'armée et des milices contre les civils, les bombardements volontaires, les persécutions, les viols massifs, ou, encore, la destruction complète de plusieurs localités du Darfour.

Luis Moreno Ocampo va donc présenter, lundi prochain devant les trois juges de la Chambre préliminaire, des preuves et nommer celui ou ceux qu'il estime responsables des exactions, pour demander ensuite des mandats d'arrêt. La Cour devra ensuite décider si elle lance ces mandats ou si les preuves lui semblent insuffisantes.

Les forces gouvernementales soudanaises, avec l’appui des milices arabes janjawid, font la guerre aux rebelles du Darfour, depuis février 2003. Selon les agences des Nations unies, le conflit dans cette province occidentale du Soudan, a déjà fait plus de 300 000 morts, entraînant le déplacement de plus de deux millions de personnes. Le gouvernement de Khartoum affirme que le nombre de victimes est d’à peine 10 000.

Silver

Nombre de messages : 2335
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soudan: Le president Omar el-Bechir dans la ligne de mire

Message par Silver le Mer 16 Juil - 0:40

Les accusations de génocide font danser le président el-Béchir.

C'est la première fois qu'un chef d'Etat en exercice fait l'objet d'une pareille mesure. Luis Moreno-Ocampo, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé, lundi, aux juges de la CPI de délivrer un mandat d'arrêt contre le président soudanais Omar el-Béchir, accusé de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis au Darfour. Juste après cette annonce, les premières réactions à Khartoum, dans la rue et au sein du pouvoir, n'ont pas tardé. Le président el-Béchir lui-même est apparu lundi soir à la télévision, et a notamment déclaré que « Luis Moreno-Ocampo est incompétent pour juger ce qui se passe au Darfour ». Les réactions se multiplient partout dans le monde. Les Nations unies sont inquiètes et ont commencé à évacuer leur personnel au Soudan.

Très sûr de lui, le chef de l'Etat soudanais ne s’inquiète visiblement pas de son sort. La vie continue, en somme, comme si de rien n'était. Omar el-Béchir s'est d'ailleurs illustré d'une drôle de manière, en dansant devant les caméras et en brandissant sa canne vers le ciel en signe de joie. « Allah est grand ! », a-t-il lancé. L’image du président Omar el-Béchir dansant une canne à la main, lundi soir, à la télévision soudanaise, a de quoi interpeller. Quelques heures seulement après l’annonce du mandat d’arrêt international, lancé contre lui par la CPI, le président n’avait l’air nullement affecté. Il s’agit d’un pied de nez à une institution qu’il ne reconnaît pas ; un double pied de nez, puisque ce pas de danse intervenait quelques minutes seulement après avoir apposé sa signature et entériné la loi électorale, en vue des élections générales de 2009.

Si du côté du régime de Khartoum on prend l’annonce de la CPI avec une certaine distance, ce n’est pas le cas des personnels onusiens et humanitaires. Lundi soir, la mission conjointe Nations unies - Union africaine, la Minuad, a annoncé le retrait de 1 800 de ses quelque 10 000 membres, présents au Darfour. Cette décision ne remet toutefois pas en cause la présence de la Minuad dans la région.

Une porte-parole de cette force hybride l’a affirmé : « Il ne s’agit pas d’une évacuation, mais du retrait temporaire du personnel non essentiel ». Cette décision a été prise, quelques heures après que le vice-président soudanais, Ali Osman Taha, eut déclaré que « personne désormais ne pouvait assurer à 100% la sécurité des personnels dans un contexte de guerre diplomatique ». Le vice-président soudanais a aussi ajouté que « le Soudan ferait tout, notamment avec l’aide de ses partenaires chinois et russe, au sein du Conseil de sécurité, pour faire annuler la requête du procureur général de la Cour pénale internationale ».

Le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno-Ocampo, a donc demandé, lundi, aux juges de la CPI de délivrer un mandat d'arrêt contre le président soudanais Omar el-Béchir. Les trois magistrats de la CPI vont prendre quelques semaines, voire quelques mois, avant de prendre une décision concernant les accusations de crimes de guerre et crimes contre l’humanité lancées contre le président du Soudan.

Silver

Nombre de messages : 2335
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soudan: Le president Omar el-Bechir dans la ligne de mire

Message par Silver le Mer 16 Juil - 1:01


Réactions d’inquiétude

Des réactions se sont multipliées partout dans le monde et l'inquiétude est le mot qui revient sur toutes les lèvres ou presque, en commençant par le secrétaire général des Nations unies. Ban Ki-moon s'inquiète des possibles répercussions et a demandé au Soudan d'assurer la sécurité du personnel de l'ONU sur son propre territoire. L'ONU a commencé, mardi matin, à évacuer une partie de son personnel au Soudan, où des milliers de personnes s'apprêtaient à manifester contre l'inculpation de leur chef d’Etat. Des manifestants ont accroché des portraits du président el-Béchir sur les murs des installations des Nations unies à Khartoum et de l’ambassade de Grande-Bretagne.

Inquiétude également aux Etats-Unis, où les autorités craignent des représailles de la part du régime de Khartoum.

Le gouvernement iranien a, quant à lui, critiqué mardi la demande d’arrestation du président soudanais, considérant que « l’action sélective de la Cour pénale internationale n’est pas satisfaisante » et que « toute pression des organisations internationales sur le gouvernement soudanais est inutile et ne fait que compliquer la situation, au lieu de la régler ». De son côté, la Russie a appelé « toutes les parties, y compris le Soudan mais également l’ONU, à faire preuve de retenue et à trouver des solutions ».

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abdoul Gheit, a déclaré qu’il « était dangereux de traiter de manière irresponsable la situation au Soudan, ce qui pouvait mener à une dégradation de la sécurité et ébranler la stabilité politique, en particulier dans la région du Darfour ».

Pour la Chine, la mise en cause du président soudanais par la CPI soulève des inquiétudes. Selon Pékin, qui est un important importateur de pétrole soudanais, les mesures prises par la CPI ne sont pas de nature à régler le problème du Darfour.

La France a appelé mardi le gouvernement de Khartoum à faire un « geste » vis-à-vis de la CPI et du Conseil de sécurité en livrant deux responsables soudanais visés depuis mai 2007 par des mandats d’arrêt pour crimes de guerre au Darfour. Il s’agit du ministre soudanais aux Affaires humanitaires, Ahmed Haroun, et d’un chef des milices pro-gouvernementales janjawid, Ali Kosheib. Khartoum a refusé de les livrer, à plusieurs reprises. Selon le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, « tout geste des autorités soudanaises qui serait en conformité avec les décisions déjà rendues de la CPI constituerait un élément d’appréciation positif ».

Silver

Nombre de messages : 2335
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soudan: Le president Omar el-Bechir dans la ligne de mire

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum