OKAPI360

Lol! Scandal du maire de East Cleveland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lol! Scandal du maire de East Cleveland

Message par BOBBY DIGITAL le Ven 25 Sep - 23:06

Monsieur Eric Brewer le maire de East Cleveland se fait belle




http://www.buzzfeed.com/mjs538/east-cleveland-mayor-involved-in-cross-dressing-ph

BOBBY DIGITAL

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 12/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lol! Scandal du maire de East Cleveland

Message par CRyma le Sam 26 Sep - 9:19

oh my oh my.... prq, mais prq s'est il pris en Photo ? C'est fou quand meme.

CRyma

Nombre de messages : 1208
Age : 116
Localisation : ........ quelque part .......
Date d'inscription : 13/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lol! Scandal du maire de East Cleveland

Message par Le Negrier le Sam 26 Sep - 11:36

Pourquoi les pervers aiment t-ils se photographier ou se filmer? Est-ce qu un psychologue parmi peut nous expliquer cette tendance?

Le Negrier

Nombre de messages : 712
Date d'inscription : 11/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lol! Scandal du maire de East Cleveland

Message par ANAKIN le Dim 27 Sep - 16:23

J'espere qu'il n'est pas marie. J'imagine la geuele de sa femme quand elle a vu les photos.

ANAKIN

Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 25/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lol! Scandal du maire de East Cleveland

Message par Silver le Lun 28 Sep - 2:48

Grossssssssssss!!! Son rival aux elections peut deja faire des plans pour l'investiture parce que la victoire ne peut qu'etre assure apres ces photos.

Le Negrier a écrit:Pourquoi les pervers aiment t-ils se photographier ou se filmer? Est-ce qu un psychologue parmi peut nous expliquer cette tendance?
Peut etre qu'ils sont tres narcissiques ou peut etre le risque qu'ils courent de se faire attraper les excitent.


En parlant des pervers , il y a un enorme scandal sexuel en Cote D'Ivoire dans la ville de Fresco. Un prof de sport qui sortait avec une quinzaine de filles a filme ses ebats avec elles. Les videos sont tombees dans des mauvaises mains. Resultats: Des dvds en 2 volumes intitules " Les oeuvres scolaires de Djibril Razak".

La ville de Fresco vit au rythme de l’affaire « Les œuvres scolaires de Djibril ». Ce scandale sexuel filmé entre un professeur et ses élèves continue d’alimenter toutes les conversations. Notre reportage !
Aujourd’hui, c’est la rentrée des classes. Moment de retrouvailles entre élèves après deux mois de séparation. Mais à Fresco, l’année scolaire va débuter dans une ambiance assez particulière. Car, c’est dans cette ville qui porte les traces des premiers explorateurs Portugais du Golf de Guinée qu’a éclaté le feuilleton « Les œuvres scolaires de Djibril ». Titre du CD dans le lequel Djibril Razak, professeur d’EPS au Lycée Moderne de Fresco présente ses relations sexuelles avec ses élèves. En mettant les pieds dans cette ville coloniale qui surplombe la lagune Goglé, on est accueilli par un vent glacial qui balaie la cité, au propre comme au figuré. Le mélange de la brise marine et de la forte humidité en provenance de la forêt pendant cette petite saison sèche d’août à septembre a fortement fait baisser la température toute la journée. Mais à la veille de cette rentrée des classes, les élèves qui arrivent des vacances sont accueillis par la nouvelle du feuilleton Djibril qui a fait le tour de la Côte d’Ivoire. « Je suis vraiment scandalisé », se désole K. P., élève en classe de Terminale. Si ce dernier n’a pas encore eu l’occasion de visualiser l’élément filmique, cela ne tardera pas. « J’ai hâte de voir ces filles en question, même si des noms m’ont été déjà avancés ». La ville regorge de nombreux lieux de vente de CD. Mais inutile de faire une commande des « Œuvres scolaires de Djibril ». Sa vente est interdite dans la ville, une décision du commandant de la Brigade de gendarmerie de Fresco. « Si les gendarmes vous prennent, ils vous mettent en prison », explique un vendeur d’œuvres audiovisuelles. Il faut donc être dans le réseau pour pouvoir être livré à Fresco. Difficile de parler Sur le fond de ce scandale, les langues se délient difficilement à Fresco. On en parle entre amis, mais jamais sur la place publique. « Tu peux être dénoncé. Ici, c’est une petite ville ; tout le monde se connaît », indique M. Tanoh. Mais les informations glanées çà et là nous ont permis de reconstituer tout le scénario. Nous sommes en 2006. Le lycée accueille Djibril Razak. Ce dernier arrive vers la fin de l’année. Malgré ce retard, ce jeune enseignant célibataire ne va pas tarder à entrer dans le tempo, comme c’est d’ailleurs la pratique au sein de cet établissement d’enseignement secondaire. « Presque tous les professeurs entretiennent des relations sexuelles avec leurs élèves », explique une source, elle-même enseignante au lycée de Fresco. De 2006 à 2009, des élèves avancent que Djibril Razak va avoir à lui seul une quinzaine de filles à son palmarès. Parmi celles-ci, K. A. V. C’est elle la doyenne puisque Razak la côtoie depuis qu’elle était en classe de 5ème. Il y a également K. C. Cette dernière entretient des relations sexuelles avec son prof d’EPS depuis la classe de 4ème. Aujourd’hui, pour les proches de ces deux élèves, ce n’est pas un hasard si celles-ci se retrouvent sur l’élément filmé. « Ce sont des titulaires », soutient une amie à K. A. V. Si K. C., fille d’un agent de la CIE à la retraite était en classe de 2nd A, K.A.V. quant à elle sera contrainte de quitter l’enseignement public pour se retrouver dans un collège privé de la ville, à la suite de son expulsion après son échec au BEPC. Cette année, la chance vient de lui sourire : elle a décroché son premier diplôme de l’enseignement secondaire général. Si ce scandale a été porté à la connaissance du grand public à travers un article de presse publié le 2 septembre dernier, à Fresco, c’était bien avant, à quelques jours de la tenue des examens scolaires. « Certaines filles avaient voulu abandonner les cours. Mais elles en ont été découragées par leurs proches », explique C. P., un élève du lycée. Au lycée moderne de Fresco, les élèves sont indignés. En décembre 2008, une bagarre rangée entre des filles rivales en classe de 2nd A2 a été sévèrement sanctionnée par M. Oré, un conseiller d’orientation. 12 comme moyenne de conduite, et toutes les filles de cette classe ont été sommées de couper à ras leurs cheveux. « Des filles se battaient parce qu’elles étaient les amantes d’un même professeur. Nous avons pris cette sanction comme une véritable injustice parce que tous les élèves n’étaient pas impliqués dans ces palabres », commente un témoin oculaire, sous couvert de l’anonymat. Choc émotionnel La publication des « Œuvres scolaires de Djibril » a été vécue par les parents des filles mises en scène comme un véritable choc émotionnel. D’ailleurs, Djibril a manqué de peu de laisser sa peau dans cette affaire. Si dès les premiers moments de ce scandale, ce jeune professeur n’a pas trouvé opportun de quitter la ville, il le fera quelque peu par contrainte. Au cours d’un match de football auquel Djibril Razak prenait part, M. Samba, le père de K.A.V. surgit sur le terrain avec une machette à la main. « Il voulait découper Djibril », raconte un témoin. Depuis lors, le professeur d’EPS qui n’a eu la vie sauve que par la vigueur de ses jambes, a disparu de la circulation. « Mon nom, c’est Kadhafi », explique ce planteur que nous avons interrogé, sans toutefois démentir l’information. « Ce professeur a humilié toute ma famille ; tout le monde se moque de moi et de ma fille. Il faut qu’on l’arrête », exige-t-il. Samba dit avoir porté plainte à la brigade de la gendarmerie de Fresco. « C’est moi qui ai demandé et obtenu l’interdiction de la vente des CD en question dans la ville », se réjouit le vieux. Quant à K.C., elle a emprunté une destination inconnue. « Son père était très furieux à la vue du film. K.C. n’a donc pas supporté les menaces de son géniteur », explique une voisine du quartier Mixte de Fresco. Mais tous les parents se trouvent pris au piège. La plupart des filles ont au moins 18 ans, donc ont l’âge de la majorité. Ce qui demeure un handicap pour toute poursuite devant les autorités en charge de la répression des délits. On raconte que le père d’une fille a dû se résilier devant cette évidence. Puisque le Commandant de brigade a exigé que sa plainte soit entérinée par la fille elle-même. « Je suis majeure et responsable de mes actes », lui aurait répondu la fille. C’est dans cette ambiance que les élèves qui seront affectés dans la salle F4 du lycée verront ces graffiti sur le mur de leur classe. « De Fresco, les professeurs encouragent la pornographie en Côte d’Ivoire ». Cette salle a abrité les cours des élèves de la 2nde A2. Et c’était la classe d’une des conquêtes amoureuses de Djibril.

Silver

Nombre de messages : 2335
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lol! Scandal du maire de East Cleveland

Message par Le Negrier le Lun 28 Sep - 12:51

Silver a écrit:Grossssssssssss!!! Son rival aux elections peut deja faire des plans pour l'investiture parce que la victoire ne peut qu'etre assure apres ces photos.

Le Negrier a écrit:Pourquoi les pervers aiment t-ils se photographier ou se filmer? Est-ce qu un psychologue parmi peut nous expliquer cette tendance?
Peut etre qu'ils sont tres narcissiques ou peut etre le risque qu'ils courent de se faire attraper les excitent.


En parlant des pervers , il y a un enorme scandal sexuel en Cote D'Ivoire dans la ville de Fresco. Un prof de sport qui sortait avec une quinzaine de filles a filme ses ebats avec elles. Les videos sont tombees dans des mauvaises mains. Resultats: Des dvds en 2 volumes intitules " Les oeuvres scolaires de Djibril Razak".


Mon avis est qu'on recherche ce professeur et qu'on le mette en prison pour quelque temps. C'est une chose que de coucher avec les filles dont vous avez la charge de l'education mais c'est une autre que de faire des cassettes de ces ebats. A cause de sa betise, l'avenir de certaines de ces filles est completement compromis. Nous savons tous comment la reputation d'une femme est importante, surtout en Afrique.

Le Negrier

Nombre de messages : 712
Date d'inscription : 11/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lol! Scandal du maire de East Cleveland

Message par odessa le Mer 30 Sep - 21:04

Silver a écrit:Grossssssssssss!!! Son rival aux elections peut deja faire des plans pour l'investiture parce que la victoire ne peut qu'etre assure apres ces photos.

Le Negrier a écrit:Pourquoi les pervers aiment t-ils se photographier ou se filmer? Est-ce qu un psychologue parmi peut nous expliquer cette tendance?
Peut etre qu'ils sont tres narcissiques ou peut etre le risque qu'ils courent de se faire attraper les excitent.


En parlant des pervers , il y a un enorme scandal sexuel en Cote D'Ivoire dans la ville de Fresco. Un prof de sport qui sortait avec une quinzaine de filles a filme ses ebats avec elles. Les videos sont tombees dans des mauvaises mains. Resultats: Des dvds en 2 volumes intitules " Les oeuvres scolaires de Djibril Razak".

La ville de Fresco vit au rythme de l’affaire « Les œuvres scolaires de Djibril ». Ce scandale sexuel filmé entre un professeur et ses élèves continue d’alimenter toutes les conversations. Notre reportage !
Aujourd’hui, c’est la rentrée des classes. Moment de retrouvailles entre élèves après deux mois de séparation. Mais à Fresco, l’année scolaire va débuter dans une ambiance assez particulière. Car, c’est dans cette ville qui porte les traces des premiers explorateurs Portugais du Golf de Guinée qu’a éclaté le feuilleton « Les œuvres scolaires de Djibril ». Titre du CD dans le lequel Djibril Razak, professeur d’EPS au Lycée Moderne de Fresco présente ses relations sexuelles avec ses élèves. En mettant les pieds dans cette ville coloniale qui surplombe la lagune Goglé, on est accueilli par un vent glacial qui balaie la cité, au propre comme au figuré. Le mélange de la brise marine et de la forte humidité en provenance de la forêt pendant cette petite saison sèche d’août à septembre a fortement fait baisser la température toute la journée. Mais à la veille de cette rentrée des classes, les élèves qui arrivent des vacances sont accueillis par la nouvelle du feuilleton Djibril qui a fait le tour de la Côte d’Ivoire. « Je suis vraiment scandalisé », se désole K. P., élève en classe de Terminale. Si ce dernier n’a pas encore eu l’occasion de visualiser l’élément filmique, cela ne tardera pas. « J’ai hâte de voir ces filles en question, même si des noms m’ont été déjà avancés ». La ville regorge de nombreux lieux de vente de CD. Mais inutile de faire une commande des « Œuvres scolaires de Djibril ». Sa vente est interdite dans la ville, une décision du commandant de la Brigade de gendarmerie de Fresco. « Si les gendarmes vous prennent, ils vous mettent en prison », explique un vendeur d’œuvres audiovisuelles. Il faut donc être dans le réseau pour pouvoir être livré à Fresco. Difficile de parler Sur le fond de ce scandale, les langues se délient difficilement à Fresco. On en parle entre amis, mais jamais sur la place publique. « Tu peux être dénoncé. Ici, c’est une petite ville ; tout le monde se connaît », indique M. Tanoh. Mais les informations glanées çà et là nous ont permis de reconstituer tout le scénario. Nous sommes en 2006. Le lycée accueille Djibril Razak. Ce dernier arrive vers la fin de l’année. Malgré ce retard, ce jeune enseignant célibataire ne va pas tarder à entrer dans le tempo, comme c’est d’ailleurs la pratique au sein de cet établissement d’enseignement secondaire. « Presque tous les professeurs entretiennent des relations sexuelles avec leurs élèves », explique une source, elle-même enseignante au lycée de Fresco. De 2006 à 2009, des élèves avancent que Djibril Razak va avoir à lui seul une quinzaine de filles à son palmarès. Parmi celles-ci, K. A. V. C’est elle la doyenne puisque Razak la côtoie depuis qu’elle était en classe de 5ème. Il y a également K. C. Cette dernière entretient des relations sexuelles avec son prof d’EPS depuis la classe de 4ème. Aujourd’hui, pour les proches de ces deux élèves, ce n’est pas un hasard si celles-ci se retrouvent sur l’élément filmé. « Ce sont des titulaires », soutient une amie à K. A. V. Si K. C., fille d’un agent de la CIE à la retraite était en classe de 2nd A, K.A.V. quant à elle sera contrainte de quitter l’enseignement public pour se retrouver dans un collège privé de la ville, à la suite de son expulsion après son échec au BEPC. Cette année, la chance vient de lui sourire : elle a décroché son premier diplôme de l’enseignement secondaire général. Si ce scandale a été porté à la connaissance du grand public à travers un article de presse publié le 2 septembre dernier, à Fresco, c’était bien avant, à quelques jours de la tenue des examens scolaires. « Certaines filles avaient voulu abandonner les cours. Mais elles en ont été découragées par leurs proches », explique C. P., un élève du lycée. Au lycée moderne de Fresco, les élèves sont indignés. En décembre 2008, une bagarre rangée entre des filles rivales en classe de 2nd A2 a été sévèrement sanctionnée par M. Oré, un conseiller d’orientation. 12 comme moyenne de conduite, et toutes les filles de cette classe ont été sommées de couper à ras leurs cheveux. « Des filles se battaient parce qu’elles étaient les amantes d’un même professeur. Nous avons pris cette sanction comme une véritable injustice parce que tous les élèves n’étaient pas impliqués dans ces palabres », commente un témoin oculaire, sous couvert de l’anonymat. Choc émotionnel La publication des « Œuvres scolaires de Djibril » a été vécue par les parents des filles mises en scène comme un véritable choc émotionnel. D’ailleurs, Djibril a manqué de peu de laisser sa peau dans cette affaire. Si dès les premiers moments de ce scandale, ce jeune professeur n’a pas trouvé opportun de quitter la ville, il le fera quelque peu par contrainte. Au cours d’un match de football auquel Djibril Razak prenait part, M. Samba, le père de K.A.V. surgit sur le terrain avec une machette à la main. « Il voulait découper Djibril », raconte un témoin. Depuis lors, le professeur d’EPS qui n’a eu la vie sauve que par la vigueur de ses jambes, a disparu de la circulation. « Mon nom, c’est Kadhafi », explique ce planteur que nous avons interrogé, sans toutefois démentir l’information. « Ce professeur a humilié toute ma famille ; tout le monde se moque de moi et de ma fille. Il faut qu’on l’arrête », exige-t-il. Samba dit avoir porté plainte à la brigade de la gendarmerie de Fresco. « C’est moi qui ai demandé et obtenu l’interdiction de la vente des CD en question dans la ville », se réjouit le vieux. Quant à K.C., elle a emprunté une destination inconnue. « Son père était très furieux à la vue du film. K.C. n’a donc pas supporté les menaces de son géniteur », explique une voisine du quartier Mixte de Fresco. Mais tous les parents se trouvent pris au piège. La plupart des filles ont au moins 18 ans, donc ont l’âge de la majorité. Ce qui demeure un handicap pour toute poursuite devant les autorités en charge de la répression des délits. On raconte que le père d’une fille a dû se résilier devant cette évidence. Puisque le Commandant de brigade a exigé que sa plainte soit entérinée par la fille elle-même. « Je suis majeure et responsable de mes actes », lui aurait répondu la fille. C’est dans cette ambiance que les élèves qui seront affectés dans la salle F4 du lycée verront ces graffiti sur le mur de leur classe. « De Fresco, les professeurs encouragent la pornographie en Côte d’Ivoire ». Cette salle a abrité les cours des élèves de la 2nde A2. Et c’était la classe d’une des conquêtes amoureuses de Djibril.

je ne veux pas generaliser but it's true, les ivoiriens aiment adopter les mauvaises mentalites des blancs. first the mapuka videos now the sex tapes. that's not a good look.

odessa

Nombre de messages : 449
Date d'inscription : 16/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lol! Scandal du maire de East Cleveland

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum